Slide background

Hanche Genou

Le site de référence sur
la chirurgie prothétique
de la hanche et du genou

preop

Depuis la semaine dernière, la réponse est oui. Est-ce un exploit chirurgical ? Je ne pense pas vraiment. C’est juste l’aboutissement d’une démarche qui a débuté il y a une dizaine d’années.

Explications : la révision d’une prothèse de hanche est souvent très mal vécue par les patients et cela inquiète même souvent les chirurgiens. Ça peut rester une très grosse opération qui dure des heures, qui peut saigner beaucoup, avec comme corollaire, une grande cicatrice, des dégâts musculaires importants, une prothèse très différente, volumineuse, des greffes, un risque d’infection majoré, le risque de luxation qui explose… et un résultat pas toujours très excitant…

Et si on s’y prenait autrement… Pourquoi ne pas essayer de faire dans les révisions de la chirurgie de hanche ce que nous avons fait il y a 15/20 ans dans les hanches primaires. 

Faire des revisions de prothèse de hanche en chirurgie mini-invasive ! 

En fait cela fait bien 10 ou 12 ans que je le fais avec un taux de réussite très satisfaisant et c’est pourquoi j’en parle aujourd’hui. Ça n’est bien sûr pas très facile, mais il est clair que c’est l’avenir de cette chirurgie. 

Voilà donc un certain nombre d’années que je fais des révisions de voie postérieure en changeant de cicatrice et en passant par devant. Autant dire que je suis un grand hérétique puisque normalement c’était l’inverse qui se faisait. Une voie antérieure était révisée par-derrière (voie postérieure) et une voie postérieure était aussi révisée par-derrière. Pourquoi ? Parce que c’était plus facile de faire cela par-derrière. C’était surtout plus facile pour le chirurgien, pas vraiment pour les patients. Repassez 2 fois dans les muscles, ça n’est vraiment pas génial et ça explique que dans les révisions, les boiteries post opératoires et le risque de luxation deviennent inquiétant.

Il y a donc une dizaine d’années j’ai essayé de faire des revisions par devant de patients qui avaient été opérés par derrière. Je faisais déjà la plupart des révisions de mes propres patients à qui j’avais fait des voies antérieures en refaisant une voie antérieure identique donc je savais que l’on pouvait faire beaucoup voir presque tout par devant sans abimer la musculature. 

C’était et ça reste toujours très iconoclaste. Il est clair que les rôles alors s’inversent. Ça n’est plus très facile pour le chirurgien, mais ça le devient pour les patients… En fait avec un peu d’entrainement, ça n’est pas si diabolique, mais il est clair qu’il faut avoir une très bonne expérience de la voie antérieure pour se lancer là-dedans. J’utilise aussi dans la plupart des cas des prothèses standard que l’on utilise pour les hanches vierges en privilégiant les reconstructions osseuses. La technique était connue par voie postérieure, on peut tout à fait l’adapter pour la voie antérieure. La encore travaillant au plus prêt avec le laboratoire Medacta, il m’a été relativement facile de mettre au point tous les instruments pour le faire. 

La chirurgie de région de prothèse est donc possible de manière mini invasive par une voie antérieure dans 90 % des cas (au moins). 

C’est ce qui m’a permis la semaine dernière d’opérer un patient d’un changement de cupule en le faisant entrer le matin et en le laissant repartir le soir. Une heure de voiture le matin, une heure le soir ! 8 heures sur place… C’est probablement une première en France (et peut-être même dans le monde), mais c’est l’évolution logique de cette chirurgie. 

Ce qui me fait le plus plaisir en fait c'est quand le patient m'annonce que sa revision a été beaucoup plus simple et facile que sa première intervention. 

 

Radio post opératoire des 2 hanches d'un patient opéré pour ses 2 reprises par voie antérieure. Il a eu à droite un reconstruction du femur avec des greffons et une tige plus courte que celle qu'il avait eu 10 ans avant. A gauche la tige était bonne, on ne l'a pas changée. Le cotyle a été reconstruit par des greffes et une armature metalique de renfort.  Il avait eu des voies postérieures une dizaine d'année avant des 2 cotés... La radio preopératoire est en haut.

post op revision

 

J'avais publié dans le journal d'orthopédie américain le plus connu cette technique il y a quelques années. C'était le premier papier de ce style a l'époque.

JBJS